• es
  • fr
  • en

CTT (Comparatisme, Culture, Transmission)


Comparatisme, Culture, Transmission

 

La littérature comparée à l’Université de Lille

Les profils des enseignants

La littérature comparée à Lille est enseignée par une équipe dynamique de six titulaires (deux professeurs, quatre maîtres de conférences) parfois renforcée par des enseignants vacataires (des « chargés de cours » ayant un emploi principal en dehors de l’université) ou des allocataires  (généralement en cours de thèse) ainsi que des Attachés temporaires à l'enseignement et à la recherche.

Comme toutes les disciplines enseignées à l’université, la littérature générale et comparée dépend du Conseil National des Universités. Les comparatistes sont rassemblés sous la 10e section du CNU intitulée « Littérature Générale et Comparée ».

La majeure partie des enseignants et notamment l’ensemble de l’équipe titulaire en littérature comparée est ainsi constituée d’enseignants chercheurs, c'est-à-dire que leur temps de travail est réparti entre les cours qu’ils dispensent à l’université (les préparations, le temps de présence devant les étudiants, les corrections des copies), les charges administratives (responsabilité d’année ou de formation, participation aux conseils qui assurent le fonctionnement de l’université…) et la recherche.

La recherche en littérature générale et comparée

A moins d’être bien avancé dans les études universitaires, il est souvent difficile d’imaginer la réalité de la recherche en littérature, les représentations les plus communes se rapportent en effet bien plus aux laboratoires de physique ou de biologie. Les chercheurs en littérature sont pourtant bien des scientifiques, leurs objets sont les textes et leurs laboratoires, les bibliothèques.

Par rapport aux chercheurs en littérature française, les comparatistes considèrent que le fait littéraire ne connaît pas de bornes prédéterminées, ni linguistiques, ni géographiques, ni génériques, ni temporelles. La plupart des chercheurs en littérature comparée travaillent ainsi sur les ensembles d’œuvres qui regroupent plusieurs domaines linguistiques (allemand et français par exemple). Les recherches s’ouvrent de plus à différents supports (la peinture ou la musique et la littérature par exemple) et à différents siècles. L’idée générale est de montrer de quelle manière cette vision élargie du fait littéraire permet de mieux l’éclairer. Une des spécificités de l'école comparatiste française est de privilégier un accès direct aux oeuvres étudiées et de promouvoir la lecture des oeuvres en version originale. Une langue et a fortiori une traduction ne sont pas transparentes et une oeuvre littéraire nécessite qu'on étudie sa forme ainsi que le contexte dans lequel elle apparaît.

Que « cherche » le chercheur en littérature comparée ?

Les sujets de recherche sont extrêmement divers, surtout en littérature comparée. Plusieurs domaines peuvent être envisagés, qu’il s’agisse de l’analyse d’un courant esthétique qui dépasse les frontières linguistiques ou génériques (le « romantisme » par exemple), de la mise en évidence de sources qui permettent de mieux comprendre une œuvre, de l’analyse des rapports humains au prisme des productions littéraires, de l’étude des représentations ou des reprises de différents corpus (les mythes par exemple).

Le chercheur en littérature comparée a donc une sous spécialisation complexe qui n’est pas toujours partagée par d’autres chercheurs et qui croise une sous spécialisation linguistique (les langues qu’il maîtrise et qui lui permettent d’étudier les textes en langue originale) et une sous spécialisation théorique (l’angle théorique avec lequel il analyse ses objets). Cette double spécialisation rend difficile l’enseignement direct de ses recherches auprès des étudiants de licence ce qui explique, par exemple, le recours massif, dans les corpus proposés, à des œuvres en traduction française, parfois accompagnées d'extraits en version originale.

 

Equipe des enseignants chercheurs

     Karl Zieger. Professeur. Questions de réception et de transferts culturels (notamment franco-germaniques/autrichiens, deuxième moitié du 19e et première moitié du 20e siècle) ; naturalisme ; Zola ; auteurs de et autour de la “Jeune Vienne” ; littérature et politique ; littérature et médias.

    Fiona McIntosh-Varjabédian. Professeur. Analyse des sources (realia, Histoire, influences, réception) et de leur insertion dans les œuvres (problèmes et effets); normes d’écriture, leur définition et sur leur rôle dans la perception et l’identification générique des textes ; analyse des textes historiographiques (statut, interprétation) à partir d’une relation auteur-lecteur idéale ; analyse de la littérature d’idée XVIII°-XIX° siècle (histoire des idées, circulation des idées et des modèles, pensée libérale et radicale);relations fiction/histoire (drame, roman, poésie); étude des écrits historiographiques France/Angleterre/Ecosse/Allemagne) XVIIIe-XIXe siècles ; problème de la vraisemblance et de l’illusion historique ; relations pouvoir/littérature.

 

Alison Boulanger. Maître de conférences. Interrogations esthétiques, éthiques et politiques dans le roman des XXe et XXIe siècle: représentation de l'histoire ancienne et/ou récente, tentations mythiques, réflexions sur la façon dont la forme narrative elle-même peut traduire la conception de l'histoire: polyhistorisme, ordre et désordre narratif, ellipses, parallèles. Question narratologiques: visibilité ou discrétion des instances narratoriales; stratégies et mises en scène de l'autorité, remise en cause de celle-ci, réflexivité du genre littéraire; montage, monologue intérieur et hétérogénéité vorace de la forme romanesque.

   Catherine Dumas. Maître de conférences. Théâtre baroque européen, spécialement relations entre les théâtres espagnol et français au long du XVIIe siècle ; comedia et comédie / tragi-comédie ; littérature théâtrale européenne, romans picaresques du XVIe au XVIIIe siècles. Echanges culturels, réécritures et traductions d'oeuvres espagnoles dans le champ littéraire européen.

 

 

  Emilie Picherot. Maître de conférences. Elaboration d’une identité nationale espagnole à partir de la chute de Grenade; comparaison des productions littéraires chrétiennes, musulmanes et hispano-mauresques; le romancero; le roman hispano-mauresque français; poésie en arabe classique; le roman de Baudot de Juilly, Relation historique et galante de l’invasion de l’Espagne par les Maures (1699); les guerres de course en Méditerranée et les récits de captivité.

 

 

  Jessica Wilker. Maître de conférences. Poésie allemande, anglaise, française des XIXème et XXème siècles ; poétique de la traduction ; les intraduisibles; relations de la littérature avec d’autres formes d’expression artistiques ; le Silence en poésie; littérature et musique.